Select

Grand Corps Malade, jongleur de mots

Damien Guillory on 12 mai 2012. Tags: , , , ,

Hier soir (11/05/2012) le Pin Galant de Mérignac recevait Grand Corps Malade.

Parce qu’il a chanté, enfin slamé Saint Denis la belle, ma nostalgique, ou ces banlieues parisiennes que j’ai voulu quitter et dont je m’aperçois aujourd’hui combien je les ai aimées, il est difficile pour moi d’écrire à son sujet puisque je suis totalement fan et donc convaincu par avance.

Et le concert d’hier n’a pas dérogé à mes attentes. GCM bien que plus populaire, reste la plume humble et talentueuse que j’avais découvert lors de sa première tournée.

Pour ceux qui ne l’ont jamais vu en concert je ne peux que vous conseiller d’aller le voir en live.

Parce qu’ aucun disque ne saura retransmettre l’énergie et le frisson d’une salle.

Et le frisson, avec GCM vous l’aurez, en passant en l’espace de quelques minutes d’un rire franc à ce petit moment, cet instant où les femmes sortent discrètement un mouchoir et où les hommes raclent leur gorge et ont bizarrement les yeux qui piquent.

Bref croyez moi en voyant GCM sur scène vous aurez parfois la gorge serrée et bon sang ça fait du bien.

Accompagné par un quatuor composé de

Mike Khargosian (piano, clavier, accordéon)

Nenad Gahjin (guitares)

Xavier Zolli (basse, contrebasse, guitare)

et l’excellentissime et fidèle Feedback (percussions, batterie)

Il nous a offert hier soir ces plus beaux textes, avec quelques belles surprises notamment lorsqu’il entame le fameux: « Ma tête, mon coeur et mes couilles » et que la guitare boogie-woogie de Nenad s’invite pour l’accompagner, ou qu’il s’ammuse à essayer (j’ai bien dit essayer) de faire chanter le public.

En fin de concert la salle est debout et le rappel unanime, c’est l’occasion pour ce poète urbain de continuer à jongler avec ses mots et avec nos émotions en interprétant:

son Chef d’Oeuvre: « Midi 20″ toujours aussi poignant

et son récent tube: « Inch Allah » qui permet de cloturer cette belle soirée dans une ambiance festive.

 

Bon assez d’éloges cela ne me ressemble pas, il faut bien que je mette mon petit bémol:

Bien que le Slam de Grand Corps Malade soit une branche de la culture hip-hop où le texte doit être mis en avant par rapport à la musique, j’ai quand même trouvé que la voix était trop forte et masquait parfois la musique…

Dommage surtout que lors des passages uniquement instrumentaux on pouvait constater un bel équilibre sonore entre les musiciens.

 

 

Midi 20 Pour ceux qui ne connaîtraient pas (si il y en a)