Select

Un Moment Magique…

Damien Guillory on 10 février 2012. Tags: , ,

En début de semaine, me voilà face à un dilemme.

En effet je devais choisir pour jeudi soir entre Patrick Rondat en démonstration au CIAM et Michel Portal en concert au Rocher de Palmer à Cenon.

 

Bon ok j’avoue qu’entre le Hard-Rock et le Jazz, je n’ai pas eu à réfléchir trop longtemps.

 

Me voilà donc à Cenon pour voir Portal.

 

Première partie de concert, j’admire le dextérité, la vitesse d’exécution, la prise de risque quasi permanente. Je me trouve face à un monstre du jazz.

Puis, après une bonne heure de concert, arrive ce que je redoute toujours lorsque j’écoute de la clarinette, 1 couac… puis un autre… et encore un… Portal regarde son instrument, souffle entre les touches; apparament il a un problème technique.

Profitant du Chorus du trompettiste, il quitte alors la scène.

Il reviens quelques minutes après, sans instrument, l’air visiblement agacé, il semble chercher quelque chose au sol.

Pendant ce temps, les autres musiciens continuent très professionnellement à jouer, visiblement ils ne comprennent pas ce qui se passe mais « the show must go on ».

 

Enfin, Portal géné, prend le micro et arrête le groupe.

Avec le froid sa Clarinette à perdu un tampon.

 

Commence alors l’alchimie.

Voilà l’homme de 75 ans en train de chercher son tampon sur scène tout en entamant la discussion avec son public. Il rumine. Ca devait lui arriver là, à Bordeaux, lui qui est de Bayonne. Et puis il y a ses musiciens, regroupés bras croisés en fond de scène qui discutent et rigolent entre eux. Il sait qu’ils se moquent gentiment de lui mais il ne peut rien dire, il ne comprend pas l’anglais.

Je ne suis plus en face du monstre de Jazz, mais en face d’un homme simple, drôle, visiblement gêné voir perturbé d’être sur scène et de ne pouvoir jouer.

 

Puis d’un coup on apprend que la clarinette est réparée.

 

Le groupe reprend avec le très bon Citrus Juice d’Eddy Louiss.

Le petit entracte du tampon à eu un effet magique sur moi.

Je ne vois plus un génie inaccessible, mais un musicien doué d’un talent rare. J’étais avant en admiration technique et je prend désormais conscience de la virtuosité musicale de ses lignes mélodiques. Je comprends que l’apparence froide de Portal lorsqu’il joue est en fait le visage de la concentration et de l’implication totale dans sa musique.

 

Le concert se termine devant un public comblé et envoûté.

 

Michel Portal nous offre alors 3 rappels.

Un premier en duo, clarinette basse/piano. Hommage à Miles Davis, il nous interprète « Jean-Pierre » en y intégrant quelques citations de comptines pour enfants.

Puis un Solo de clarinette basse, profond et enivrant.

Et pour finir un solo de sax soprano, joué « dans » le piano à queue, pédale de sustain maintenue enfoncée, transformant ainsi le clavier en un résonnateur sympathique géant, nous offrant une « réverb/résonnance » tantôt crystalline, tantôt inquiétante.

Instant de grâce.

 

Puis l’homme est parti remerciant l’acclamation du public d’un salut de la main.

 

Merci Mr Portal.

 

Une mention spéciale également à Nasheet Waits, son batteur, impressionnant et inspiré.